CANISCOOL® - Organisme de formations soumis au contrôle pédagogique de l'État

Les signaux d’apaisement au banc d’essai

Les signaux d’apaisement au banc d’essai

Les signaux d’apaisement au banc d’essais.

Dans leurs moyens de communication les chiens utilisent principalement le langage des signes (communication gestuelle et posturale).

En 2005, une éducatrice canine Norvégienne, Turid Rugaas publiait un livre “Calming Signals” dans lequel elle recensait une trentaine de comportement qu’elle classait comme étant des signaux d’apaisement “Calming Signals” (comportements à valeur apaisante).

Récemment une équipe scientifique Italienne c’est penchée sur la valeur de ces signaux d’apaisement (Gazzano & al., 2010; Mariti & al., 2010; Mariti & al., 2014 – Université de Pise, Italie).

Plus de 3000 comportements ont été enregistrées et l’équipe a examiné 21 signaux décrits par Rugaas, dont : «tourner la tête», «détourner le regard», «les yeux à moitié fermés», «contourner le vis-à-vis», «se lécher la truffe», «s’immobiliser», «se déplacer lentement », «faire la révérence», «s’asseoir», «bailler», « renifler le sol», «remuer la queue en posture basse», «posture basse», «lécher la gueule de l’autre chien», «cligner des yeux», « lever un membre antérieur», «uriner»…

Le point de vue du Dr Cattet

Ces comportements sont-ils tous des productions volontaires ou simplement des réflexes?
Suite à leurs études, les chercheurs concluent que ces signaux ont un réel pouvoir apaisant sur leurs congénères.
Plus récemment le Dr Jennifer Cattet (créatrice de la première école de Clicker Training en France) s’est penchée sur cette étude et soulève une question de taille qui reste à élucider.
Le Dr Cattet, s’interroge sur cette question, car si ces comportements sont susceptibles de désamorcer des situations tendues, il serait intéressant de savoir si les chiens produisent ces comportements de manière volontaire en vue d’apaiser un vis-à-vis, ou bien s’il s’agit de productions réflexes involontaires traduisant simplement un état de stress voire parfois une certaine irritation.

S’agit-il de signaux apaisants ou plutôt de signaux précurseurs d’une agression imminente?

Signaux précurseurs d'agressions

Si certains de ces comportements ont effectivement une valeur apaisante, pour d’autres, il s’agit de productions réflexes qui peuvent aussi précéder une agression imminente.
Dans cette séquence les deux chiens produisent des comportements classiquement décrits comme des signaux d’apaisement : ils se lèchent la truffe, baillent, tournent la tête.
Le port des oreilles est très typique d’un état d’irritation.
Pour ces derniers comportements, il semble qu’il serait intéressant de revoir leurs classifications en vue de mieux les décrypter, prévenir et éviter certaines morsures (voir la proposition du Dr Cattet plus bas).

Analyse du Dr Cattet

Suite à son analyse sur l’étude de ces comportements, le Dr Cattet propose une classification qui semble plus pertinente :
Les comportements de déplacement:
Lorsque les animaux sont en conflit entre deux motivations, par exemple s’ils veulent s’approcher d’un objet, mais hésitent, ils produisent parfois des comportements qui n’ont rien à voir avec la situation.
Gratter le sol, renifler le sol, l’auto-toilettage ou se ronger les ongles sont quelques-unes des nombreuses formes de comportements de déplacement.
Des études chez l’animal et chez l’homme ont montré que ces comportements sont directement liées aux niveaux d’anxiété (Maestripieri & al., 1992; Troisi & al., 2000).
Chez les Babouins par exemple, quand une personne est proche d’un babouin dominant, il / elle fera augmenter la quantité de comportements auto centrés (Châteaux & al., 1999).
Les comportements apaisants :
Ces comportements sont censés neutraliser toute menace potentielle d’un autre animal.
Comportements de soumission, la révérence, détourner le regard et le sourire s’expriment dans le but d’assurer au récepteur qu’il n’y a aucune mauvaise intention.
Un exemple évident de ce type de comportements, c’est lorsqu’un chien roule sur le dos ou baisse la tête en signe de soumission lorsque son propriétaire lui reproche d’avoir fait pipi sur le tapis.
Chez l’homme, les gestes d’apaisement sont très similaires et nous apaisons les autres avec une posture gênée, tête basse et regard fuillant (Keltner, 1995).
Les signes de stress:
Se lécher la truffe, Bâiller, se secouer, les yeux de baleines, mouvements de la tête ont été identifiés comme des signes de stress.
Tout comme les chiens, nous avons trop tendance à avoir les yeux dardant et pivoter la tête lorsqu’on est anxieux (Perkins, 2012).
Il est possible que certains de ces comportements aident à augmenter la capacité des animaux à recueillir des informations et évaluer une situation.
D’autres signes, tels que le bâillement ou se secouer sont pour la plupart une réponse physique, une façon de réduire les niveaux d’anxiété.
Comme nous pouvons le voir, les différents comportements, dénommés «signaux d’apaisement», ne sont pas spécifiques aux chiens, mais sont exprimés de façon souvent très similaire à travers le règne animal.
Comme nous avons aussi nos propres formes de comportements, nous pouvons utiliser notre propre expérience pour essayer de comprendre ce qui se passe dans l’esprit du chien.
Il semble que pour le moins, nous devrions distinguer les comportements qui sont la plupart du temps des réflexes, des réactions physiologiques à une situation stressante, et les comportements qui sont des tentatives conscientes et délibérées de communiquer sur notre état interne et intentions.

Extraits de : http://blog.smartanimaltraining.com/2014/12/03/calming-signals-are-they-truly-signals-or-jcalming/

Livres du Dr Jennifer Cattet :
L’Orientation Spatiale Chez le Chien: Exploration des Stratégies Impliquées dans l’Élaboration de la Carte Cognitive.
Le chien, un loup civilisé.