CANISCOOL® - Organisme de formations soumis au contrôle pédagogique de l'État

L’éducation canine selon Marc Bekoff

L’éducation canine selon Marc Bekoff

Interview rédigée par Manuel Castaneda, Réalisée et traduite par Isabelle Pieterman en Avril 2014 à Rome, Bande son disponible en bas de page

Éducation canine? Enseignements ou simples conditionnements ?

Voici l’avis averti du Pr Marc Bekoff.

Éthologue de renommée internationale et spécialiste des émotions animales.

VERSION FRANCAISE

Question Originale de Manuel Castaneda.
D’après vous les chiens ont accès à une certaine forme de moralité, ils savent ce qui est bien et ce qui est mal, et ils sont capables de respecter certaines règles comme par exemple dans le jeu :

ça on a le droit et ça on ne peut pas le faire. Alors parfois ils se trompent et s’excusent en adoptant la révérence (the play bow).

Toutes ces données font référence à une capacité de cognition très élevée et je suis absolument d’accord avec vous mais alors il me vient une question.

D’après-vous, est-ce que l’on peut parler d’obéissance?

Et par extension de désobéissance, désobéissance délibérée, caractérisée ???

C’est-à-dire que le chien comprend bien ce qu’on lui demande de faire, mais qu’il ne veut pas le faire.
Est-ce que nous pouvons parler d’éducation, concernant tout ce que nous enseignons aux chiens.
Ce qu’ils ont le droit de faire ou de ne pas faire, donc toutes les règles qu’ils devront respecter au quotidien en vivant aux cotés des humains.

Pouvons-nous leurs enseigner des règles pour vivre en harmonie avec les humains ?

Pouvons-nous appeler cela de l’éducation ?

Et pour finir, peuvent-ils aussi obéir ou désobéir en toutes connaissances de cause.

Si je vous pose toutes ces questions c’est car bien souvent on prétend que tout ce que nous faisons avec les chiens, c’est procéder à des conditionnements, et que nous ne pouvons pas parler d’éducation proprement dite.

Mais pour ma part, je ne réserve le terme conditionnement que pour tout ce qui concerne les conditionnements classiques de type Pavlovien, qui servent à déclencher des réponses involontaires, sans réflexion.

Alors que ce que nous faisons avec les chiens, leurs demande une vraie part de réflexion et de prise de décision avant d’agir.

Réponse de Marc Bekoff.

Je pense que vous avez raison, je pense que ce n’est pas seulement une question de conditionnement.
Parfois c’est un conditionnement très simple,

mais la plus part du temps nous stimulons les animaux de manière à ce qu’ils soient obligés de penser à ce qu’ils font.

Je pense qu’on peut parler d’obéissance, je n’aime pas trop ce mot, et de désobéissance délibérée.

Oui, je pense que parfois les chiens savent pertinemment ce que nous voulons qu’ils fassent, et ils choisissent de ne pas le faire, pour n’importe quelle raison.

Et ça signifie qu’ils sont en train de penser, et pas seulement conditionnés, car s’ils étaient conditionnés, à la vue d’un stimulus il y aurait toujours une réponse prévisible.

Je crois que tout ça est relié à la flexibilité du comportement, peut-être 9 fois sur 10 on leur demande de faire quelque chose et ils  disent ok, et la dixième fois ils disent non.

La raison de leur refus, peut être qu’ils ne se sentent pas bien, peut-être qu’ils sont fâchés ou irrités.

Il faut donc faire attention à la flexibilité des comportements.

C’est pour cela que je pense que les explications fondées sur le conditionnement sont incorrectes.

J’espère que cela répond à votre question.

Question de Manuel Castaneda.

Pouvons-nous dire qu’on leur enseigne, qu’on les éduque ?

Réponse Marc Bekoff

Bien sûr que oui !

C’est pour ça que je parle d’enseignement canin et pas d’entrainement canin et apprentissage canin.

Nous pouvons leur enseigner des choses, et ils peuvent nous en apprendre.
Donc quand les gens me disent qu’ils n’ont rien appris de moi, car ce dont je parle n’a rien à voir avec  l’apprentissage ou l’entrainement des chiens, alors je peux seulement me dire, oh ils ont raté le train !