CANISCOOL® - Organisme de formations soumis au contrôle pédagogique de l'État

Les origines du chien encore remises en cause.

Les origines du chien encore remises en cause.

La constante inconnue.

Darma-20
 Le dernier ancêtre en date serait donc un Loup Européen aujourd’hui disparu.

Si jusqu’à maintenant la majorité de la communauté scientifique s’accordait à donner au chien domestique moderne une origine monophylétique, c’est-à-dire qu’il n’aurait qu’un seul ancêtre en l’occurrence le loup. L’hypothèse d’un croisement entre le loup et d’autres canidés tels que coyotes, ou autres chacals avait été écartée depuis longtemps.

Les seules inconnues restaient, restaient donc d’une part la datation de la domestication et d’autre part les origines géographiques de ce phénomène.

Robert Wayne observant les Loups de Yellowstone.Robert Wayne observant les Loups de Yellowstone.

Des conclusions   différentes. Mais les auteurs de cette même étude seraient aujourd’hui   arrivés à une conclusion différente, publiée dans le magazine science sous le   nom de « Complete Mitochondrial Genomes of Ancient Canids Suggest a   European Origin of Domestic Dogs (Thalmann et al) ».

Les dernières infos en cours.Au   mois de mars 2010,  Robert Wayne de l’Université de Californie émettait   l’hypothèse que les chiens domestiques descendaient d’un petit groupe de   Loups du Proche Orient.

"Complete Mitochondrial Genomes of Ancient Canids Suggest a European Origin of Domestic Dogs (Thalmann et al)".

L’ancêtre du moment serait donc : un Loup Européen aujourd’hui disparu.

Ils sont donc parvenus à la conclusion que les chiens domestiques analysés au cours de cette étude étaient génétiquement reliés à un groupe aujourd’hui éteint de loups ayant vécu en Europe il y a 18 800 à 32 100 ans, et non aux loups modernes (ni même anciens) pris en compte par l’étude, dont l’origine géographique était multiple (Suède, Mexique, Amérique du Nord…).

Comme le souligne Nicolas revois dans le magazine de la science « cette étude à le mérite de mettre en lumière le fait que la recherche scientifique avance en tâtonnant, et parfois, en se contredisant… ».

Sources : http://www.journaldelascience.fr/zoologie/articles/chien-aurait-vu-jour-europe-il-y-plus-18-000-ans-3324
https://www.eeb.ucla.edu/Faculty/Wayne/