CANISCOOL® - Organisme de formations soumis au contrôle pédagogique de l'État

L’inquisition canine et « Don césar de la Pampa ».

L’inquisition canine et « Don césar de la Pampa ».

L’inquisition canine et « Don césar de la Pampa ».

Avé avé, don Prescott de la Mancha.

Dans cet article où Prescott Breeden s’en prends aux méthodes de « Don César Milan », il remet aussi les pendules à l’heure concernant les éducateurs des méthodes dites positives qui, comme il dit :

« se contentent bien souvent de déclarations telles que « la dominance est un mythe » et tentent de jeter aux orties ce concept délicat et complexe et cela à cause d’éducateurs qui en font une mauvaise interprétation visant à justifier leurs méthodes abusives ».

Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain!
Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain!
D’abord ça me rappelle encore l’article que j’avais écrit fin 2011 dans lequel je cite le Dr Pamela Reid avec son « Sommes-nous en train de jeter le bébé avec l’eau du bain ?». Et pour finir, je dis avé don Presott Breeden.Prescott Breeden directeur de « Pawsitive Packleader » et surtout président du SPARCS (Society for the Promotion of Applied Research in Canine Science) :Qui ont quand même réussi à réunir sur un même plateau une fourchette de stars des sciences canines tels que :

Marc Bekoff, Ray Coppinger, Michael W. Fox, Adam Miklosi, Clive Wynne, Alexandra Horowitz, et d’autres…

Voici un court extrait de la traduction de l’article très intéressant de Prescott Breeden, que vous pourrez voir sur le site de protection animale que nous pouvons remercier au passage : http://adcanes.fr/ave-super-cesar/

« Les éducateurs utilisant des méthodes dites positives ne sont toutefois pas irréprochables car ils omettent souvent d’aider les propriétaires de chiens à comprendre les problèmes liés au concept de dominance.

Ils se contentent bien souvent de déclarations telles « la dominance est un mythe » et tentent de jeter aux orties ce concept délicat et complexe et cela à cause d’éducateurs qui en font une mauvaise interprétation visant à justifier leurs méthodes abusives.

Tout d’abord, cela revient à jeter le bébé avec l’eau du bain et va à l’encontre de la terminologie utilisée dans un très grand nombre d’études sur le comportement social des animaux.

Deuxièmement, la notion de « position dominante » ne va pas disparaître en prétendant qu’il s’agit d’un mythe alors même qu’il s’agit là de l’un des principes les plus anciens de l’éthologie, même s’il est souvent mal utilisé.

Troisièmement, les éducateurs canins sont des enseignants pour les chiens comme pour leurs propriétaires et être un bon professeur consiste à créer un lien de confiance avec l’élève (ce que fait d’ailleurs très bien César Millan).

Dire aux gens qu’ils sont mauvais quand ils utilisent à tort le concept de dominance et croient que si Muffy a mordu le facteur, c’est parce qu’elle est dominante, est très mal vu.

Cette erreur peut engendrer des problèmes de confiance en soi et affecter l’apprentissage, ainsi, modifier l’information est une technique d’apprentissage plus efficace en général que le dédain et la contradiction.

La dominance est un concept compliqué qui est traité en détail dans la littérature et vous ne pouvez en aucun cas en faire abstraction faute de le comprendre. »