CANISCOOL® - Organisme de formations soumis au contrôle pédagogique de l'État

Voulez-vous devenir un très bon éducateur canin!

Voulez-vous devenir un très bon éducateur canin!

Voulez-vous devenir un très bon éducateur canin!

Le lancement  de notre « Guinea Pig Camp » à attiré l’attention de beaucoup d’amateurs d’animaux et en particulier les éducateurs canins. On m’a souvent posé deux questions :

1) comment le fait d’entraîner les cochons d’Inde peut-il me rendre un  meilleur éducateur canin ?
2) qu’est-ce que les cochons d’Inde ont à faire avec les chiens ?

Cobaye et agility

Cobaye et agility

Un cochon d’Inde utilisant le « A ». Ils ne sont pas très agiles mais ils aiment bien les défis.
Un bon entraîneur peut leur apprendre plein de choses.

 

Les compétences basiques dont vous avez besoin pour entrainer  un chien sont les mêmes pour travailler avec d’autres animaux. La seule différence c’est qu’un chien est un chien,  et pas un cheval, ou un chat, ou un cochon d’inde, bien entendu.

C’est une bonne nouvelle pour vous car (principalement en raison de notre histoire commune) il n’y a aucun autre animal aussi facile à travailler qu’un chien.

D’un autre côté, précisément parce que les chiens nous rendent  la tache facile, nous sommes limités dans nos apprentissages si nous si nous ne travaillons qu’avec des chiens et jamais avec d’autres animaux.

 

Les chiens pardonnent nos erreurs et sont presque toujours motivés pour coopérer avec nous. D’autres espèce nous scrutent plus profondément et exigent que nous gagnions leur confiance. S’ils n’ont pas confiance en nous, ils ne suivront pas notre enseignement et nous rencontrerons des problèmes.
Un cheval ne vous suivra pas s’il n’a pas confiance en vous, et il faut beaucoup pour gagner la confiance d’un cheval (et en un clin d’œil on la perdre complètement). Vous pouvez lui offrir autant de carottes que  vous voudrez, mais s’il décide que vous n’êtes pas une personne de confiance, toutes les  carottes du  monde seront superflues.

 

Un chat clignera des yeux vers vous  et vos friandises au moins deux fois, avant même de considérer un déplacement dans votre direction. Alors, s’il considère votre demande raisonnable en échange de la nourriture, il peut juste vous satisfaire. Sinon, il clignera des yeux de nouveau, si vous avez de la chance, avant la reprise de son petit somme.

Ethologie-Abrantes

Un chien et un cochon d’Inde ensemble (Photo letsbefriends.blogspot.com).

 

Entraîner des cochons d’Inde peut améliorer vos performances d’éducateur canin.

Le cochon d’inde, un animal petit, plutôt mignon, social, est craintif par  nature, car il est la proie préférée de beaucoup de prédateurs, y compris des humains. Les humaines ne partagent pas d’histoire évolutionnaire avec le cochon d’inde comme avec le chien, donc vous n’obtiendrez rien gratuitement. Vous devrez travailler dur pour gagner la confiance de votre cochon d’inde et lui montrer que la coopération avec vous est rentable tant dans le court que dans le long terme.

La formation de cochons d’inde vous enseignera beaucoup d’aspects des théories de l’apprentissage chez l’animal, chose que vous pouvez trouver ennuyeuse à lire dans un livre; et on le fera  d’une façon amusante parce que vous apprendrez sur le terrain. Vous devrez être très précis et appliquer les justes méthodes pour produire les justes comportements. Vous explorerez le spectre entier du conditionnement opérant et améliorerez ainsi vos compétences pratiques.

 

Les chiens sont des animaux exceptionnels et dans notre rôle d’éducateur canin, nous avons de la chance parce qu’ils sont (presque) toujours attentifs à ce que nous faisons et ils sont de grands observateurs. Comme l’a dit le Professeur Lorenz une fois  dans une classe, « les chiens sont  des meilleurs éthologues que nous  le sommes ». Ce n’est pas le cas des cochons d’inde car nous n’avons pas  d’histoire évolutionnaire en commun avec eux. Ils ont de bonnes compétences d’observation, mais ne sont pas  particulièrement en accord avec le comportement humain. Vous devrez être un observateur aigu pour déterminer le bon moment,  pour utiliser la bonne méthode, et obtenir le bon comportement; ainsi, vous développerez vos propres compétences d’observation, ce qui fera de vous, sans aucun doute, un meilleur entraîneur de chiens.

Nous sommes si familiers avec les chiens que nous avons tendance à interpréter leur comportement comme s’ils étaient des humains, une grave erreur, mais on peut bien souvent faire avec.

Avec des cochons d’inde, vous apprenez à observer, analyser et interpréter leur comportement objectivement.

Un chien et un Cobaye

Un chien et un Cobaye

Des animaux d’espèces différentes peuvent développer des très bonnes relations, et vivre ensemble en harmonie. (Photo by Dashawk)

Vous pouvez apprendre à des chiens beaucoup de choses sans avoir un plan approprié. Ils sont si actifs et désireux de vous faire plaisir, que, tôt ou tard, ils feront quelque chose que vous aimez, que vous pourrez alors renforcer. Cependant, ce n’est pas le cas avec les cochons d’inde. Vous devrez planifier à l’avance, définir clairement votre but et rédiger un plan d’action. Avec des chiens, nous pouvons être plus ou moins approximatifs, mais ceci n’est pas suffisant avec d’autres animaux. Travailler avec des cochons d’inde vous enseigne à être préparés pour des éventualités, à planifier des alternatives, à préparer un plan B si jamais le plan A  ne se déroule pas comme prévu. Une fois que vous aurez acquis cette compétence, votre chien sera le premier à vous remercier pour avoir un plan pour vos sessions d’éducation.

Vous êtes conscients que le timing est  très important quand vous formez votre chien, mais, de façon étonnante, vous arrivez toujours à des résultats acceptables même si le renforcement n’arrive pas exactement au bon moment. 

Avec des chiens, c’est un peu comme quand on chante une mélodie qui sonne faux : vos amis la reconnaissent toujours. Avec des cochons d’inde, il vaudra  mieux  chanter juste,   ou ils  vous suggéreront gentiment de revenir quand vous saurez ce que vous voulez. Après avoir travaillé avec des cochons d’inde, votre sens du timing  sera beaucoup plus précis.

Il y a des gens qui ont du mal à enregistrer ce qu’il se passe autour d’eux parce qu’ils sont excessivement préoccupés par leurs propres sentiments et émotions. Nous pouvons nous permettre cette sorte de distraction avec nos chiens, mais pas avec d’autres animaux et donc travailler avec des cochons d’inde  vous aidera à vous concentrer sur l’animal avec qui vous travaillez, et vous développerez votre sens du détail.

Ceci augmentera votre prise de conscience de vous-même, ce qui vous rendra non seulement un excellent entraineur   de cochons d’inde, mais aussi un excellent éducateur canin, et vous aidera peut-être aussi dans votre vie au-delà du dressage canin.

Dans nos camps de cochon d’inde, vous travaillez dans une équipe de trois. Chaque équipe conçoit un plan d’action, qu’il faudra après enregistrer, analyser, modifier et améliorer. Tous les membres de l’équipe feront à tour de rôle l’entrainement, l’enregistrement et le tournage des sessions. Vous améliorerez votre capacité à travailler dans une équipe, une compétence qui vous sera utile, non seulement quand vous retournez à vos chiens, mais dans toutes les sphères de votre vie.

Maintenant vous voyez comment la formation d’un mignon, petit  cochon d’inde peut faire  de vous un meilleur éducateur canin, entraîneur de cheval, de chat ou même un meilleur collègue de travail en raison de vos capacités  d’observation, du sens raffiné du timing et d’excellent travail d’équipe.  Vos collègues pourront prendre un peu de temps pour se rendre compte que vous vous êtes améliorés mais votre chien le remarquera tout de suite, je vous le promets.

Vous pourriez même l’entendre penser, « Ouah, qu’ai-je fait pour mériter ceci ?  J’ai l’impression d’avoir un nouveau maitre !!

Si vous aimez le travail de pistage avec les chiens, former un cochon d’inde pour  le travail de détection est une bonne chose pour vous,  et il vous enseignera beaucoup. Ils ont un bon nez, mais vous devrez savoir le motiver,  et avoir un grand sens du timing.

Dans un sens, un camp de cochon d’inde est un mini cours d’éthologie (la science du comportement animal (voir complément d’article plus bas)). La plupart des propriétaires  d’animaux et beaucoup d’éducateurs canins, ne peuvent pas faire la différence  entre quatre comportements fondamentaux que les animaux sociaux ont développés :

le comportement agressif, craintif, dominant et soumis.

La confusion entre comportement agressif et dominant, aussi bien que entre le comportement craintif et soumis est malheureuse, pourtant très diffuse,  malgré le fait  que chacun de ces comportements ait sa propre fonction particulière et sa propre expression.

 

En formant des cochons d’inde, il n’est pas vraiment important de pouvoir distinguer le comportement dominant et soumis,  du comportement agressif et craintif, bien qu’ils soient des comportements communs au cochon d’inde. Il n’y a aucun moyen pour vous de faire partie d’un troupeau de cochon d’inde. Vous serez toujours l’étranger, mais vous pouvez choisir d’être un étranger agréable, à qui on peut faire confiance, ou quelqu’un qu’il faut fuir.

C’est à vous de décider et ce n’est pas difficile mais il faut réfléchir attentivement à  ce que vous faites.

Comme les chevaux, les cochons d’inde ont tendance à réagir de manière craintive quand ils sont  dans le doute (la clef de leur survie dans leur histoire évolutionnaire). Si vous montrez un comportement posé, confiant c’est bien ;  mais un comportement  plus affirmatif se retournera contre vous.

Les chiens, ces animaux toujours plus étonnants, vous donnent une deuxième chance (et comprennent nos mauvais « accents » dans la langue des chiens); un cheval ou un cochon d’inde ne le font presque jamais. Si seulement vous pensez  piéger un cochon d’Inde et lui faire faire ce que vous voulez, il réagira de façon très craintive et pourra se tétaniser pour une durée pouvant aller jusqu’à 30 minutes, chose plutôt désastreuse pour tout entraineur !

Vous apprendrez bientôt que la contrainte n’est pas du tout le chemin à suivre.

Ainsi, vous apprendrez les secrets de la motivation et la beauté de travailler dans et avec votre environnement, plutôt qu’essayer de le contrôler; et cela vous mènera à des résultats inattendus et agréables.
S’ils le pouvaient, je suis sûr que votre chien ou votre cheval remercieraient les cochons d’inde pour ce qu’ils vous enseignent en travaillant avec eux, car vous serez, sans aucun doute, un éducateur canin beaucoup plus subtil et équilibré.

Vous serez dans le contrôle de vous plutôt que de l’animal, motivant plutôt que contraignant, montrant la bonne voie plutôt qu’en tâtonnant, tout en obtenant des résultats avec la moindre intrusion dans le comportement normal de votre animal préféré.

 

Pas belle la vie ?

Roger Abrantes.
Traduction : Isabelle Pieterman Caniscool Nice.

Complément d’article:

Éthologie et chauvinisme.
D’après de nombreux scientifiques Français le terme éthologie aurait été utilisé pour la première fois bien entendu par un Français, il s’agirait du naturaliste Isidore Geoffroy Saint-Hilaire en 1854.

Mais si l’on fouille un peu plus loin comme par exemple dans la littérature anglo-saxonne on constatera dans des ouvrages tels que « Dog Language » de Roger Abrantes 1984, que ce terme fut utilisé pour la première fois par John Stuart Mill en 1843 (donc 9 années avant Geoffroy Saint Hylaire ) dans « System of Logic ». Dans cet ouvrage John Stuart Mill préconise le développement d’une nouvelle science pour laquelle il propose le nom de « Ethology » (éthologie en français).

Voici l’extrait de la définition « Ethology » en anglais sur WIKIPEDIA : http://en.wikipedia.org/wiki/Ethology
« An earlier, slightly different sense of the term was proposed by John Stuart Mill in his 1843 System of Logic.[6] He recommended the development of a new science, « ethology, ».

Et l’extrait de la définition « Ethologie » en français sur WIKIPEDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/Éthologie
« L’éthologie est l’étude du comportement des diverses espèces animales. Cette branche zoologique de la biologie a été créée en 1854 par le naturaliste Isidore Geoffroy Saint-Hilaire.« 

Voilà comment sur la même source il suffit de culbuter de langue pour avoir des infos complètement différentes, alors chauvinisme, sectarisme, ignorance ou obscurantisme…