CANISCOOL® - Organisme de formations soumis au contrôle pédagogique de l'État

Caisses de transport pour chien

Caisses de transport pour chien

Les chiens auront leurs sièges-auto

Suisse : Dès le 1er janvier prochain, tous les propriétaires de chiens devront équiper leur voiture de canibulles, des sièges de sécurité adaptés à l’animal. Berne entend mieux protéger nos amis à quatre pattes.

canibulle
© STEEVE IUNCKER | Bientôt, Médor n’aura plus le loisir de mettre sa truffe à la fenêtre. Pour sa sécurité, mais aussi pour celle des autres occupants du véhicule.

JUDITH MAYENCOURT | 01.04.2010 | 00:01

Le chiffre est impressionnant. Un accident de voiture sur sept implique un animal de compagnie. La plupart du temps, un chien. Faute de statistiques détaillées, impossible de dire combien d’entre eux sont tués ou doivent être euthanasiés. Quant au traumatisme vécu par l’animal et son entourage, il est, lui aussi, impossible à chiffrer. Pourtant, jusqu’ici, le lourd tribut payé par nos compagnons à quatre pattes n’avait pas donné lieu à d’importantes mesures de précaution. La lacune sera bientôt comblée. L’Office fédéral des transports (OFT) vient de modifier son ordonnance sur la sécurité routière. Dès le 1er janvier 2011, tous les propriétaires de chiens devront transporter leur animal de compagnie dans une canibulle, sorte de bulle de protection adaptée.

«Nous nous alignons sur les nouvelles dispositions européennes en la matière, confirme le porte-parole de l’OFT. Les pays scandinaves ont une longue expérience dans ce domaine. Chez eux, les protections auto, ces fameuses canibulles, sont obligatoires depuis une dizaine d’années. Le nombre de chiens tués ou grièvement blessés a été divisé par trois.» Sans compter l’incidence d’une telle mesure sur les autres usagers de la route. «En cas d’impact, un chien non attaché se transforme véritablement en projectile. Il peut non seulement être grièvement touché, mais aussi heurter et blesser le conducteur ou les passagers», confirme-t-on du côté de l’Institut d’études et d’analyses des accidents à haute vitesse de l’Université de Lausanne, soulagé de voir les directives fédérales enfin complétées. «Nous défendons la réduction globale des risques. Les animaux ne peuvent pas être considérés comme des choses.»

En Suisse, les canibulles sont encore mal connues des propriétaires de chiens. A Echandens, la famille Büchi est une fervente adepte de ce système, qu’elle trouve simple et sécurisant. «Ma sœur vit en Finlande, où elle enseigne la Gestalt. C’est elle qui m’a offert ma première canibulle. J’étais sceptique. Les premières sorties avec Calice ont été épiques. La chienne ne voulait pas s’installer. Mais, très rapidement, elle a trouvé ses marques. J’ai le sentiment qu’elle se sent vraiment en sécurité, elle est plus calme. Et du coup moi aussi», témoigne Estelle Büchi. Heureusement, la famille n’a jamais eu à tester l’efficacité de la canibulle, mais elle n’est pas prête à renoncer à son précieux siège de sécurité. «C’est très pratique. Je ne vois pas quel maître pourrait refuser de protéger son animal. Le chien de mes voisins a été blessé dans un accident. Ç’ a été terrible pour toute la famille», complète Hervé Buchi.

Pourtant, les sceptiques ne manquent pas. Une règle de plus? «Une règle de trop, tonne le libéral genevois Christian Lüscher. C’est du délire administratif tout droit importé de Bruxelles. Je refuse de laisser l’Etat transformer les propriétaires de chiens en vaches à lait de la nation. S’il y avait un avocat pour les animaux, il s’opposerait à une telle mesure!» assène l’avocat genevois.

Un coup de gueule qui ne devrait pas infléchir la décision de l’administration fédérale. La mesure entrera en vigueur le 1er janvier prochain et les propriétaires auront encore six mois pour s’équiper. Berne a promis une grande campagne d’information pour vaincre les dernières réticences.

La canibulle, mode d’emploi

Développée par un ingénieur suédois, la canibulle est composée d’une sorte de coque en plastique rembourrée, que l’on arrime sur le siège arrière grâce à la ceinture de sécurité, comme on le fait pour les sièges-auto des nourrissons. En cas de choc, le chien reste maintenu en place et ne peut donc pas être éjecté
du véhicule. Le rembourrage évite les contusions. A condition, évidemment, de choisir un modèle adapté à la race du chien.

Encore difficile à trouver en Suisse, on peut acheter sur internet des canibulles de toutes formes et de toutes tailles. Si l’on trouve des modèles premiers prix pour moins de 50 francs, compter au moins 100 francs pour un modèle standard adapté aux chiens de petite taille (chihuahua, yorkshire) et 200 francs pour un modèle grande taille (berger allemand, labrador). Et mieux vaut vérifier encore que la canibulle s’adapte correctement à votre véhicule. Certains modèles grande taille peuvent poser problème, notamment dans les coupés sport.

L’administration fédérale a mis sur pied un site internet très complet: www.canibulle.admin.ch

Source : http://www.24heures.ch