CANISCOOL® - Organisme de formations soumis au contrôle pédagogique de l'État

Condamné à suivre des cours d’obéissance

Condamné à suivre des cours d’obéissance

Un pitbull condamné à suivre des cours d’obéissance.

Un pitbull a été remis en liberté conditionnelle sur ordre d’une juge aux Etats-Unis après avoir passé deux semaines en «prison» pour avoir démantibulé le pare-choc d’une voiture de police, rapportent vendredi les médias locaux.

Le chien, répondant au doux nom de Winston, a passé deux semaines enfermé dans un chenil de Chattanooga (Tennessee, sud) après son attaque, qui avait été filmée par une caméra de surveillance de la police.

L’animal, qui avait réussi à échapper à son enclos en rognant deux clôtures, s’est attaqué à quatre voitures différentes.

Le chien n’avait jamais montré la moindre agressivité jusqu’à ce coup de folie, qui a eu lieu le 14 mars, a assuré sa propriétaire, Nancy Emeling, au journal Chattanooga Times Free Press.

La bande vidéo de la police, diffusée notamment sur la chaîne CNN et disponible sur le site internet du journal, montre Winston en furie en train d’arracher le pare-choc du véhicule de police et refusant de lâcher prise malgré les efforts du conducteur faisant avancer puis reculer la voiture pour essayer de le déloger.

Voir la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=uXNmVZIoX_U&feature=player_embedded

Le pare-choc finit par se détacher complètement et un autre chien s’en empare. Winston et son complice à quatre pattes, ainsi qu’un troisième, qui a assisté à la scène en aboyant, poursuivent ensuite la voiture de police dans la rue.

«Je n’arrive pas à croire qu’on ne l’ait pas abattu», a déclaré Nancy Emeling, pour qui les policiers «n’auraient pas pu être plus sympas».

Winston, que l’usage de gaz lacrymogène et d’un pistolet à impulsion électrique Taser n’avait pas réussi à calmer, est finalement revenu à la raison sous le contrôle d’un officier armé d’un bâton.

Après ses deux semaines de prison, –où sa conduite irréprochable a été notée–, il a été remis en liberté conditionnelle. Une juge a décidé que le chien ne serait plus qualifié de «potentiellement dangereux» s’il se tenait à carreau pendant six mois et participait à un programme de dressage.

Source : http://www.cyberpresse.ca